Tout ce que vous devez savoir sur le ski aux Jeux olympiques d’hiver

De nombreux sports olympiques d’hiver sont quelque peu difficiles à comprendre. Combien d’entre nous ont réellement poussé un bobsleigh et sauté dedans, dévalé une piste glacée, ou essayé le curling, la luge ou le biathlon d’ailleurs ? Bien que ces événements soient toujours attrayants à regarder, il y a quelque chose à dire sur le fait de regarder un sport que vous avez vous-même essayé ou que vous pouvez au moins imaginer plus facilement. Les diverses épreuves de ski aux Jeux olympiques d’hiver plaisent à la foule pour cette raison. Que vous soyez toujours détenteur d’un abonnement de saison à votre montagne de ski préférée ou que vous n’ayez jamais repris les skis alpins depuis vos débuts sur la pente du lapin, nous sommes probablement plus nombreux à avoir dévalé les pentes sur une paire de skis qu’une piste de glace sur une luge traîneau.

Cela dit, les épreuves de ski aux Jeux olympiques d’hiver sont encore étrangères à beaucoup de gens, et il y a pas mal d’épreuves de ski olympiques à suivre. Cependant, nous avons compilé un guide des épreuves de ski aux Jeux olympiques d’hiver, y compris les sports de ski alpin, de saut à ski et de ski acrobatique, pour vous aider à vous préparer à regarder les Jeux olympiques d’hiver. Assurez-vous également de consulter notre guide des épreuves de ski de fond aux Jeux olympiques d’hiver.

Quels sont les sports de ski aux Jeux olympiques d’hiver ?

Pixabay

Il existe trois principaux sports de ski qui utilisent des skis alpins aux Jeux olympiques d’hiver : le ski alpin, le ski acrobatique et le saut à ski. Chacun de ces sports comporte plusieurs disciplines et épreuves.

Quelles sont les épreuves de ski alpin aux Jeux Olympiques d’hiver ?

Coureur de ski aux Jeux olympiques.
Pixabay

Le ski alpin fait référence au ski alpin traditionnel. Il y a 11 épreuves de ski alpin aux Jeux olympiques d’hiver :

  • Descente hommes et femmes
  • Super-G masculin et féminin
  • Slalom hommes et femmes
  • Géant masculin et féminin
  • Combiné hommes et femmes
  • Épreuves par équipes mixtes

une descente

L’épreuve de descente comporte une longue ligne droite relativement droite, avec peu de virages, et est considérée comme une épreuve de vitesse. Parmi les épreuves de ski alpin, les vitesses atteintes par les athlètes en descente sont généralement les plus rapides. Les athlètes obtiennent une course pour dévaler le parcours un à la fois. Le temps le plus rapide gagne.

Super G

Comme la descente, le Super-G est une épreuve de vitesse, mais il y a des portes que les athlètes doivent franchir, donc c’est de nature plus technique. Il a fait ses débuts aux Jeux olympiques d’hiver de 1988. Dans l’épreuve de ski Super-G, les concurrents courent individuellement, obtiennent une course et le temps le plus rapide l’emporte. Manquer une porte entraîne une disqualification à moins que le compétiteur ne remonte la pente et franchisse avec succès la porte manquée.

slalom

Le slalom est une épreuve technique plutôt qu’une épreuve de vitesse, bien que la vitesse compte. Le parcours de slalom est le plus court de tous les parcours de ski alpin et comporte de nombreux virages très rapides autour de portes que les athlètes doivent franchir. Chaque compétiteur obtient deux descentes sur le parcours et la somme de leurs deux descentes sert de temps total. Le temps total le plus rapide gagne. Encore une fois, les portes manquantes entraînent une disqualification à moins que l’athlète ne remonte la pente pour franchir la porte.

Slalom géant

Le format de course et le concept du slalom géant sont les mêmes que ceux du slalom, mais le parcours est plus long et comporte des virages moins nombreux et plus larges. Ainsi, même si le Slalom Géant reste une épreuve technique, les vitesses sont beaucoup plus élevées.

Événement super combiné

L’événement super combiné comprend deux courses sur une seule journée. La première manche est en descente et la deuxième en fin de journée est un slalom. Le temps total des deux courses est utilisé pour déterminer le classement final.

événements d’équipe

L’événement par équipe implique une compétition de style bracket de 16 équipes s’affrontant dans des événements de slalom. Chaque équipe compte quatre athlètes (deux hommes et deux femmes).

Quelles sont les épreuves de ski acrobatique aux Jeux olympiques d’hiver ?

Ski de slalom aux Jeux olympiques.
Pixabay

Le ski acrobatique aux Jeux olympiques se développe, avec deux nouvelles épreuves qui feront leurs débuts aux Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin : le big air et les sauts en équipe mixte. Le slopestyle et le freestyle sont également relativement nouveaux, faisant leur première apparition aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi.

Il y a 13 épreuves de ski acrobatique aux Jeux olympiques d’hiver, dont les suivantes :

  • Bosses hommes et femmes
  • Sauts masculins, féminins et mixtes
  • Demi-lune hommes et femmes
  • Ski cross masculin et féminin
  • Big Air Homme et Femme
  • Slopestyle hommes et femmes

Parcours de saut à ski.

bosses

L’épreuve de bosses a été incluse pour la première fois aux Jeux olympiques d’hiver de 1992 à Albertville. Les concurrents dévalent une piste de ski couverte de bosses, qui sont de grosses bosses de neige arrondies. Ils doivent également effectuer des figures sur deux sauts le long du parcours. Les juges évaluent les figures et les performances techniques en naviguant sur les bosses. Bien que la vitesse soit prise en compte dans le score final, ce n’est pas une course ; il s’agit plutôt d’un événement jugé basé sur la capacité d’exécuter des tours habilement et avec précision.

antennes

Les sauts ont fait leurs débuts aux Jeux olympiques d’hiver de 1994 à Lillehammer. Les skieurs se lancent sur de grands sauts et exécutent des flips et des torsions élaborés.

ski cross

Dans Ski Cross, quatre skieurs dévalent un parcours inspiré du motocross avec des obstacles tels que des sauts, des virages relevés et des rouleaux. Les deux premiers du tour passent au tour suivant.

Slopestyle

La plupart des parcours de descente en slopestyle comportent six obstacles – trois sauts et trois rails – et les skieurs exécutent des figures sur les obstacles dans le but de gagner le plus de points.

demi-lune

Le halfpipe, également appelé superpipe, est un événement de ski acrobatique où les athlètes traversent le halfpipe – une piste en forme de U avec des murs de 22 pieds – tout en exécutant des figures sur les murs. Un panel de juges note chaque skieur en fonction de la difficulté, de la variété et de l’exécution des figures qu’il tente, de son utilisation de la demi-lune, de la hauteur qu’il atteint et de sa capacité à enchaîner les figures de manière progressive.

grand air

Le Big Air fera ses débuts aux Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin. Il se compose d’un seul grand saut. Les skieurs ont une chance d’exécuter leurs figures les plus impressionnantes lorsqu’ils frappent le saut. Les sauts sont notés en fonction de la difficulté, de l’exécution, de l’amplitude et de l’atterrissage.

Quelles sont les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques d’hiver ?

Pull à ski avec une forme parfaite.

Le saut à ski peut sembler être un sport plus récent, mais il s’agit en fait d’une épreuve disputée pour les hommes depuis les premiers Jeux olympiques d’hiver en 1924. D’autre part, le saut à ski féminin a fait ses débuts aux Jeux olympiques d’hiver en 2014. Il y a cinq skis épreuves de saut d’obstacles aux Jeux olympiques d’hiver :

  • Tremplin normal individuel hommes
  • Grand tremplin individuel hommes
  • Tremplin normal individuel femmes
  • Grand tremplin par équipe hommes
  • Tremplin Normal Equipe Mixte

Les épreuves individuelles masculines normales et sur grand tremplin consistent toutes deux en deux séances d’entraînement et une ronde de qualification avant la finale, où les qualifiés se disputent les médailles. Chaque nation (Comité National Olympique) peut inscrire jusqu’à quatre athlètes pour chaque épreuve et 50 athlètes se qualifient pour la finale. La ronde de qualification comprend un saut d’essai et un saut marqué, tandis que la finale comprend un saut d’essai et deux sauts marqués. Le classement final est déterminé par les scores des deux sauts de la finale, le score le plus élevé gagnant.

Sauteur à ski aux Jeux olympiques.
Unsplash

En revanche, l’épreuve individuelle féminine ne comprend qu’une finale ; il n’y a pas de ronde éliminatoire. Les 30 participants sont éligibles pour concourir pour les médailles. La finale comprend un essai de saut et deux sauts marqués, le gagnant étant déterminé par le score total le plus élevé pour ses deux sauts à ski.

L’épreuve masculine de saut à ski par équipe se déroule sur le grand tremplin et implique des équipes de quatre athlètes. Après un tour d’essai, il y a deux tours de compétition. Chaque sauteur de l’équipe prend finalement deux sauts marqués et l’équipe avec le score total le plus élevé gagne.

L’épreuve par équipes mixtes comprend des équipes de quatre athlètes – deux hommes et deux femmes – par nation, mais seules les nations qui ont qualifié deux hommes et deux femmes pour les épreuves individuelles peuvent concourir. Les scores sont calculés en additionnant les deux sauts marqués de chaque sauteur lors de la finale.

Les concurrents des épreuves de saut à ski sont notés en fonction de la distance qu’ils sautent, des points de style qu’ils gagnent et des points de compensation de porte et de vent pour leur saut. La distance de saut, qui est enregistrée par la caméra vidéo, est calculée à partir du point de décollage jusqu’au point exact sur la pente où les pieds du sauteur touchent le sol. Un panel de cinq juges évalue également chaque saut et attribue des points de style en fonction de la puissance, de l’audace, de la précision, de la fluidité et du contrôle du saut. Chaque juge note le saut de 0 à 20, mais les scores les plus élevés et les plus bas sont abandonnés. Par conséquent, un sauteur à ski peut gagner un maximum de 60 points de style.

Enfin, des points peuvent être ajoutés ou soustraits au score d’un sauteur en fonction du vent et de la porte. Un vent arrière se traduit par des points soustraits tandis que des points sont ajoutés pour s’ajuster à un saut dans un vent de face. Des points sont déduits pour une grille de départ supérieure et ajoutés pour une grille inférieure.

Recommandations des éditeurs






Leave a Comment