NASCAR Throwback Weekend: Tous les schémas de peinture classiques reviennent à la vie à Darlington

En tant que circuit de vitesse original de NASCAR et site du Southern 500 annuel, le Darlington Raceway est au cœur de l’histoire et de la tradition des courses de stock car. Et chaque année depuis 2015, Darlington est le site d’une célébration annuelle à grande vitesse de l’histoire du sport : Throwback Weekend.

Pour dimanche à Darlington, les équipes de course de tout le garage ont ouvert le coffre-fort et remonté le temps pour choisir un schéma de peinture spécial pour le Goodyear 400. Quelle que soit la manière dont les pilotes et les équipes choisissent d’honorer le passé – un schéma notable en équipe histoire, un clin d’œil aux coureurs qui les ont précédés ou une voiture proche et chère de leur propre vie de coureurs – Throwback Weekend est rapidement devenu l’un des plus attendus de toute la saison NASCAR et un favori parmi les fans et les concurrents.

Voici un aperçu complet de tous les schémas de peinture de retour qui seront exécutés dans la série NASCAR Cup ce week-end à Darlington:

Les retours en arrière de Trackhouse Racing sont basés sur les schémas de peinture Coca-Cola pilotés par Dale Earnhardt et Dale Earnhardt Jr. lorsque les deux se sont affrontés pour la première fois lors d’une course d’exposition en 1998 au Japon. Le n° de Ross Chastain. 1 est basé sur la voiture conduite par Earnhardt Jr., tandis que le No. 99 est basé sur la voiture d’Earnhardt Sr.

La voiture d’Austin Cindric utilisera le même schéma de peinture de base que celui utilisé sur la voiture de Rusty Wallace lors de sa dernière saison en 2005. Wallace a clôturé sa carrière au Temple de la renommée en se qualifiant pour la Chase pour la Nextel Cup et en terminant huitième aux points avec huit meilleurs -cinq et 17 top 10.

Le retour en arrière de Kevin Harvick est basé sur les schémas de peinture Rheem “Chasing a Cure” qui ont été courus en octobre 2011 et 2012. Darlington marquera la 500e course de Rheem en tant que sponsor NASCAR.

Le schéma de peinture de Kyle Larson est un retour à la Pontiac sponsorisée par Hendrick conduite par Tim Richmond dans la Busch Grand National Series de 1984. Richmond serait plus tard embauché pour conduire pour Hendrick en 1986, remportant sept courses cette saison-là et deux autres avant que sa carrière et sa vie ne soient interrompues par le SIDA.

Les voitures de RFK Racing conduites par Brad Keselowski et Chris Buescher seront des répliques des voitures conduites par Mark Martin et Matt Kenseth lors de la saison 2004. La voiture de Keselowski est basée sur la Viagra Ford Martin avec laquelle il a gagné à Douvres, tandis que celle de Buescher est basée sur la DeWalt Ford que Kenseth a remportée à Rockingham et à Las Vegas.

Corey LaJoie revient au non. 777 Plymouth Belvedere qui a été piloté par la star de la musique country Marty Robbins au cours de sa carrière de pilote. Robbins, qui a eu 35 départs en carrière en Cup Series, a conduit cette voiture au Nashville Fairgrounds Speedway lorsqu’il était au clair de lune en tant que coureur.

Le schéma de peinture de Chase Elliott est un retour à la NAPA Auto Parts Ford conduite par le coureur indépendant de longue date Jimmy Means pendant la saison 1993 de la Cup Series. Means a effectué les 18 derniers départs de sa carrière en Coupe cette saison-là, marquant une meilleure fin de 16e à Bristol.

La voiture d’Aric Almirola est un clin d’œil à son grand-père, Sam Rodriguez, un coureur de voitures de course légendaire en Floride. “Slammin ‘Sammy” a été trois fois champion de la Tampa Bay Area Racing Association, et ses 90 victoires en carrière se classent au quatrième rang de tous les temps dans les courses de voitures de sprint en Floride.

Le retour de Denny Hamlin concerne son schéma de peinture principal de la saison 2016, celui dans lequel il a remporté sa première des trois victoires de Daytona 500. Hamlin a battu Martin Truex Jr. à la ligne par 0,010 seconde, l’arrivée la plus proche de l’histoire de Daytona 500.

Chase Briscoe renvoie à l’Oldsmobile Target Chip Ganassi Racing que Tony Stewart a conduit à une sixième place au 2001 Indianapolis 500. Stewart a complété le doublé Indy-Charlotte cette année-là, s’envolant pour Charlotte et terminant troisième du Coca-Cola 600 juste après l’Indy 500.

Les retours en arrière de Rick Ware Racing englobent à la fois un passé lointain et relativement récent. Le numéro de JJ Yeley. 15 est basé sur la Toyota 5-Hour Energy que Clint Bowyer a conduite pour Michael Waltrip Racing de 2012 à 2015. Cody Ware’s No. 51 est basé sur la Burnham Boilers Chevrolet que le Hall of Famer Mike Stefanik a conduite dans la Busch North Series dans les années 1990.

Le retour de Kyle Busch est au M&M’s Pontiac piloté par Ernie Irvan à Las Vegas en 1998. La course était la toute première de M&M en tant que sponsor principal de NASCAR avant que la marque ne se lance dans une longue course en tant que sponsor à plein temps qui se terminera à la conclusion de 2022.

Christopher Bell sort le schéma de peinture SiriusXM qu’il a conduit lors de sa saison victorieuse du championnat NASCAR Camping World Truck Series en 2017. Bell a conduit les couleurs SiriusXM cinq fois cette saison, remportant deux victoires à Pocono et au New Hampshire.

Le schéma de Harrison Burton est un retour à la Exide Batteries Ford que son père, Jeff Burton, conduisait pendant la saison 2000. L’aîné Burton a remporté quatre fois, dont le Pepsi 400 à Daytona et une course du New Hampshire dans laquelle il a mené chaque tour, en route vers un meilleur troisième en carrière en points. Il a également marqué une sixième place à Charlotte la veille de la naissance de Harrison.

Joey Logano revient à sa propre voiture de course quart midget depuis qu’il a commencé à courir. Logano a conduit cette voiture dans son enfance à la fin des années 1990 à Middletown, dans le Connecticut.

La MoneyLion Toyota de Bubba Wallace utilise le même schéma de base que celle que Wallace conduisait lors de la course de modèles récents en 2008. 76 cette année-là, Wallace est devenu le plus jeune pilote à avoir jamais gagné au Franklin County Speedway en Virginie.

Le schéma de peinture de William Byron marque le retour du schéma de peinture “Fire and Flames” que Jeff Gordon a conduit tout au long des années 2000. Cette version particulière est basée sur la saison 2007, où Gordon a égalé puis dépassé son rival de longue date Dale Earnhardt sur la liste des victoires de tous les temps de NASCAR.

Le n° de Cole Custer. 41 est un retour au non. 0 NetZero Pontiac qui a été aligné par Haas CNC Racing lors de la saison 2003. L’équipe a commencé l’année avec le pilote Jack Sprague avant de le remplacer par Jason Leffler, un héros d’enfance de Custer.

Les deux voitures de Petty GMS sont des retours aux voitures que Petty Enterprises a alignées dans le tout premier Daytona 500 en 1959. Ty Dillon’s No. 42 est le même qui a remporté la course avec Lee Petty, tandis que le numéro 42 d’Erik Jones. 43 s’est qualifié sixième avec Richard Petty avant une panne moteur précoce.

Le retour de Kurt Busch est à la Ford Thunderbird de McDonald’s qui a été conduite par Bill Elliott pendant la saison 1996. Les voitures d’Elliott McDonald’s étaient très connues, mais la saison 1996 n’a pas été sa meilleure, car il a raté sept courses en raison de blessures subies lors d’un accident à Talladega.

Le schéma de peinture de base d’Alex Bowman est le même que celui de la Valvoline Ford Thunderbird conduite par Mark Martin de 1992 à 1995. La voiture était sans doute la plus emblématique conduite par Martin dans les années 1990, puisqu’il y a gagné 13 fois et a marqué une deuxième place. terminé aux points en 1994.

Le retour en arrière de BJ McLeod sera un hommage au schéma de peinture qu’il a conduit lors d’une compétition de modèles super tardifs à Orlando Speed ​​​​World en 2004. McLeod a remporté une course de fond sur le speedway avec ce schéma de peinture.

Leave a Comment